Interview réalisée par Georgine Heuieu le 20 juin 2013

 

C'est dans leur petite maison en pierres que Stella et Sébastien m'ont accueillie afin de réaliser cet entretien. Service à thé coloré et biscuits faits maison m'attendaient sur la table de leur salon aux senteurs de l'encens indien et parsemé de calligraphies chinoises peintes à la main sur les murs... L'atmosphère qui règne chez eux est chaleureuse et mystérieuse à la fois...

Bonjour Stella, bonjour Sébastien. Merci de me recevoir. Vous exercez la voyance depuis plus de 30 ans. En menant ma petite enquête, j'ai reçu et lu beaucoup de réactions positives vous concernant. Vous laissez une impression de sérieux, de professionnalisme et de bienveillance aux personnes qui vous demandent de l'aide. Comment expliquez-vous cela ? 

 

Sébastien : Nous exerçons notre passion, donc le coeur est là, présent à chaque consultation. Nous aimons ce que nous faisons, et nous sommes reconnaissants pour notre don, que nous ne prenons jamais pour acquis. Nous sommes des personnes généreuses et altruistes de nature.

 

Stella : Lorsque nous faisons appel à nos capacités extrasensorielles, lors de nos consultations de voyance, une énergie positive très puissante nous anime, et les gens avec qui nous parlons le ressentent.

 

 

Ça ne doit pas être facile tous les jours, d'entendre les problèmes des gens ? 

 

Stella : Nous aimons les gens. Leur apporter notre aide, notre soutien, notre guidance, c'est très important pour nous. C'est notre mission sur Terre.

 

Sébastien : Si nous ne vivions que pour nous, je pense que nous deviendrions fous. Savoir que nous aidons les gens à aller mieux, que nous sommes là pour eux, que nous apportons des réponses à leurs interrogations, leurs doutes, leurs incompréhensions, c'est ce qui nous donne notre force.

 

 

Quand et comment avez-vous su que vous aviez un don ? 

 

Stella : Depuis toute petite, mes visions ont toujours fait partie de moi. Lorsque je rencontrais quelqu'un, il arrivait fréquemment, sans le contrôler, d'être prise d'un flash accompagné d'une sensation, et je ne parvenais pas encore, à cet âge si précoce, à l'expliquer ou à le comprendre. Je passais vite à autre chose. Lorsque c'était léger, ça ne me gênait pas. Il arrivait néanmoins que ce soit difficile à vivre, lorsque par exemple une vision montrait des choses qu'une enfant ne devrait pas voir, comme un accident de voiture, accompagné d'un violent mal de tête à l'arrière du crâne. Là, je le vivais très mal, et ne comprenais pas pourquoi ça m'arrivait à moi.

 

Sébastien : Pour ma part, je n'ai pas de suite eu des visions. Il m'arrivait plutôt très souvent de deviner le prénom des gens, sans les connaître. Je ne savais pas d'où ça venait, et sans réfléchir, je montrais une personne du doigt, et affirmais "toi, tu t'appelles Pierre". Les gens étaient très impressionnés. Moi, ça ne me faisait rien, ça m'arrivait si souvent.

 

Comment se déroule une consultation de voyance ? 

 

Stella : Il n'y a pas de règle. Tout dépend de la personne qui demande de l'aide, de ses questions, de son parcours, de son avenir, et de Dieu. Mais pour simplifier, je dirais qu'une consultation est entrecoupée de visions, de flashs, de ressentis, de questions à la Terre, et de discussions avec l'interlocuteur, bien-sûr, car il est indispensable de créer une connexion pour être animés de précognitions, pouvoir guider les gens, les mettre en garde, les rassurer, les aider.

 

Sébastien : Stella et moi, nous ne travaillons pas de la même façon. Pour ma part, les arts divinatoires qui viennent enrichir mes visions sont le Tarot et le pendule, alors que pour Stella, sa spécialité est la géomancie.

 

 

Vous êtes croyants et voyants à la fois ? 

 

Sébastien : Dieu est le créateur de toute chose. Si nous possédons ce don, c'est Dieu qui nous l'a donné.

 

Stella : Et c'est Dieu qui peut nous l'enlever...

 

Quelle est votre relation l'un à l'autre ? 

 

Stella : Nous sommes mariés et avons quatre enfants : Caroline, Cyril, Margaux et Mikelis. Et deux petits-fils, Louis et Nolan, que nous avons la chance de garder souvent. Quel bonheur, nous sommes comblés.

 

Sébastien : Mais nos enfants sont des adultes tous les quatre, le petit dernier va fêter ses 26 ans. Ça passe... (rêveur).

 

 

Comment vous êtes-vous rencontrés ? 

 

Sébastien : Je commençais à développer mon don, j'étais parti au Québec, ça faisait un an que j'y étais, c'était en 1980, j'avais 25 ans. Je suivais des séminaires régulièrement, et à la fin de chaque séance, c'était les questions ouvertes. C'est là que je l'ai vue pour la première fois. Elle a levé la main, elle était tout devant, donc je ne voyais que ses cheveux. Elle a posé sa question et sa voix m'a boulversé. Je suis tombé amoureux sur le champ, rien qu'au son de sa voix.

 

 

Puis vous avez commencé une relation à ce moment-là ? 

 

Stella : On a commencé à se fréquenter, on avait beaucoup de points communs et de choses à se dire, avec notre particularité médiumnique et notre volonté de la développer pour la mettre au service des autres. Je suis tombée enceinte deux ans plus tard. On avait 27 ans quand Caroline est née.

 

Sébastien : Oui, et tous nos enfants sont nés au Canada, sauf Cyril, que nous avons adopté, et qui est né à Cuba. On s'est mariés quand tu étais enceinte de Caroline. Je me souviens, ça ne se voyait pas encore...

 

 

Puis vous êtes venus vous installer ici, en Suisse... 

 

Sébastien : Oui, notre cadet, Cyril, n'avait pas encore commencé l'école. Pour ma part, je connais bien la Suisse, j'y suis né et j'y ai grandi. Mais pour Stella, c'était nouveau.

 

Stella : Je suis née au Canada, dans la province du Manitoba. A l'âge de dix ans, nous sommes arrivés à Paris avec mes deux soeurs et nos parents, pour une nouvelle vie. Puis je suis repartie vivre au Canada à l'âge de 20 ans, mais dans la partie francophone. Puis c'est avec mon mari Sébastien que j'ai découvert la Suisse, et j'aime tant ce pays...